Depuis toujours, l’improvisation s’impose comme le fondement de l’expression musicale, le moyen naturel par lequel les artistes révèlent le fond de leur âme. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, les musiques écrites à partir du XVIe siècle, dites “savantes”, n’échappent pas à cette technique ancestrale. Même Henry Purcell, le grand compositeur anglais, semblait déjà se prêter au jeu. D’ailleurs vous êtes-vous déjà demandé comment un musicien aussi extraordinaire élaborait ses compositions ? Par quel moyen puisait-il son inspiration ? Sans l’ombre d’un doute, l’improvisation jouait un rôle essentiel. C’est par cette pratique, courante à l’époque, que le maître laissait libre cours à son imagination et à son génie. L’ensemble baroque L’Achéron nous propose ici d’explorer avec malice ce processus créatif inattendu. S’amusant à improviser sur les plus beaux airs de l’Orpheus britannicus, il nous entraîne, avec un grand souffle de liberté, dans l’œuvre du compositeur anglais le plus célébré au monde.