Dans un futur, peut-être pas si lointain, se côtoient une mégapole de tours
de verre, une atmosphère tellement polluée que l’on ne sort jamais et un
adolescent solitaire. Tout cet univers bascule le jour de l’arrivée de la belle
Céleste à l’école. Elle est apparue un matin dans l’ascenseur. Avec les autres
enfants, elle a monté cent quinze étages en silence. Puis elle est entrée dans
l’école. Pendant la récréation, elle est restée dans la classe. À l’heure du
déjeuner, elle est partie et n’a jamais remis les pieds au collège… Un coup
de foudre, une disparition, une course-poursuite pour la sauver mais aussi
pour sauver le monde. L’air de rien, au fil de l’aventure Céleste, ma planète
nous aide à réfléchir sur le monde qui nous entoure : quand une histoire
d’amour se fait combat écologique.
On doit ce bijou de spectacle familial à notre artiste associé Didier Ruiz,
tombé sous le charme de ce conte contemporain écrit par Timothée de
Fombelle, l’un des plus brillants auteurs de littérature jeunesse.

La compagnie des Hommes est en résidence aux Bords de Scènes avec le soutien de la DRAC Île-de-France
et du Département de l’Essonne.

En savoir +

 

Crédits

© Lucien Ascheloug