On prend une tarentelle, on échantillonne des partitions baroques afin de les réutiliser en boucle, on ajoute des musiques électroniques, on fusionne le tout et on danse. De ce métissage et de la rencontre entre Mourad Merzouki et Franck-Emmanuel Comte, chef de file du Concert de l’Hostel Dieu, est né Folia.

Ils puisent ainsi dans le répertoire baroque dont certaines musiques appartiennent au registre savant, celles de Vivaldi, et d’autres sont issues des danses traditionnelles comme les tarentelles ou les chaconnes.

Mourad Merzouki a souhaité rendre poreuse la barrière qui souvent sépare les danseurs et les musiciens, en intégrant ces derniers à la chorégraphie. L’enjeu est de surprendre le public et de gommer les stéréotypes. Deux mondes se confrontent, s’altèrent, se parlent dans une énergie incroyable. Une folie hip hop et baroque.

Spectacle présenté avec Les Rencontres Essonne Danse

 

Distribution

Mourad Merzouki Direction artistique, chorégraphie

Avec Habid Bardou, Nedeleg Bardouil, Salena Baudoux (en alternance avec Lisa Ingrand), Mathilde Devoghel, Sofian Kaddaoui, Mélanie Lomoff, Joël Luzolo, Kevin Pilette (en alternance avec Franck Caporale), Mathilde Rispal, Yui Sugano, Aurélien Vaudey, Titouan Wiener Danseurs

Franck-Emmanuel Comte, Reynier Guerrero Alvarez, Nicolas Janot, Aude Walker-Viry, Nicolas Muzy, Heather Newhouse (soprano), Florian Verhaegen Musiciens

Marjorie Hannoteaux Assistante

Franck-Emmanuel Comte Le Concert de l’Hostel Dieu

Grégoire Durrande Conception musicale

Benjamin Lebreton assisté de Quentin Lugnier et Caroline Oriot (peinture), Mathieu Laville, Elvis Dagier et Rémi Mangevaud (serrurerie), Guillaume Ponroy (menuiserie) Scénographie

Yoann Tivoli Lumières

Pascale Robin assistée de Pauline Yaoua Zurin Costumes musiciens

Nadine Chabannier Costumes danseurs

Production

Coproductions : Pôle en Scènes, Encore un Tour, Les Nuits de Fourvière, Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne / Cie Käfig, Lling Music

Avec le soutien de La Caisse des Dépôts

Crédits

Crédits photo : Julie Cherki