Forts du succès rencontré avec leur version décapante et enlevée du Requiem de Mozart, Jean Gaillard et l’orchestre des Portes de l’Essonne nous invitent à un nouveau voyage avec l’incontournable Mozart.

C’est la Symphonie n° 40 en sol mineur, KV. 550, la plus célèbre de ses symphonies et l’une des œuvres classiques les plus jouées aujourd’hui qui sera d’abord mise à l’honneur.

Mais s’il fallait retenir un seul genre où le génie du compositeur s’est épanoui comme jamais, ce serait sûrement celui de l’opéra. On en dénombre une vingtaine dans la vie de Mozart, compte tenu des œuvres inachevées et de celles qui en représentent des
substituts : action sacrée, sérénade théâtrale… composés en vingt-quatre ans (de 1767 à 1791). « Il a presque constamment en tête un opéra », disait son père à Londres quand l’enfant avait à peine dix ans. L’orchestre interprétera donc en deuxième partie de programme des airs extraits de ces grands opéras dont la richesse thématique et l’incroyable beauté n’est plus à prouver.

Concert accueilli en résidence de création aux Bords de Scènes

Distribution

Jean Gaillard – Direction

Production

Coproduction : Les Bords de Scènes.