Le Chef d’État annonce un décret d’amnistie pour tous les prisonniers politiques. Les familles des détenus s’apprêtent à accueillir enfin les leurs. Devant la maison d’arrêt, deux femmes, la mère et l’épouse, attendent la sortie de Siméon, un prisonnier politique célèbre, figure emblématique de l’opposition au régime. Bientôt, elles sont rejointes par la tante et une voisine. C’est l’occasion pour les quatre femmes d’évoquer le souvenir, le parcours et les propos de Siméon, qui, sur les traces de son père, a déjà été arrêté plusieurs fois et condamné à la peine capitale. La notoriété du détenu est telle que la presse accourt pour couvrir l’événement de sa sortie. Mais l’attente dure et dure encore. Elle semble interminable… Cette pièce, portée par 4 grandes comédiennes du théâtre congolais, est une ode à l’espérance. Parce que Siméon est l’image politique du dispositif répressif chargé de briser les solidarités entre individus, il est le symbole de la résistance. Le Jour où Siméon sortira… est également un hommage, aussi et avant tout à la force des femmes africaines face aux violences politiques et leurs conséquences sur les familles, la communauté et le pays.

Créée à Brazzaville au Congo en 2017, ce projet a été soutenu par de nombreuses institutions françaises et congolaises. Le spectacle sera recréé à Juvisy-sur-Orge (résidence de création au théâtre Jean Dasté) et la compagnie sera accueillie durant un mois à Arcueil à Anis Gras-le lieu de l’Autre, direction Catherine Leconte. Ce projet est mené en partenariat avec le Théâtre-Studio d’Alfortville, direction Christian Benedetti.

Spectacle accueilli en résidence de création aux Bords de Scènes

 

Distribution

Kani Kabwé Ogney – Texte

Jean Felhyt Kimbrima – Mise en scène

Avec Adolphine Milandou, Alphonsine Moundélé, Raïssa Nzitoukoulou, Georgette Kouatila

Victor Mbilampassi – Régie

Production

Avec l’appui de l’institut

français du Congo, du Festival international de l’acteur,

du Festival Mantsina sur scène, et du CFRAD.

Partenariat : Théâtre Studio d’Alfortville.