« Le réel c’est quand on se cogne » est une citation de Jacques Lacan (psychiatre et psychanalyste français), dans son Séminaire III (je crois). Or le clown est sûrement l’être de théâtre qui se cogne le plus… chutes, coups sur la tête, coups de pied au cul et autres ratages divers. Étrange chimère entre le comédien et le personnage, le clown se frappe le réel. En cela, il serait peut-être l’être le moins fou qui puisse errer sur un plateau de théâtre.

Pourtant « Théâtre de la folie » il faut faire. Alors faisons ! « Fais-le ou ne le fais pas, il n’y a pas d’essai » comme disait Maître Yoda dans La Guerre Des Étoiles. Ce à quoi, Le Cid de Pierre Corneille répondait : « Mes pareils à deux fois ne se font point connaître Et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître. » Ce qui finalement allait dans le même sens. Nous avons travaillé à base d’improvisations, favorisant l’émergence de nos petites folies, nos hypocondries, nos obsessions, nos paranoïas, nos folies des grandeurs, nos logorrhées et nos mutismes. Il nous est difficile de dire ce que vous allez voir, ce que vous allez entendre. On peut juste espérer que ça cogne et que ça vous frappe ! Peut-être !?

Distribution

Mise en scène Julien Parent

Avec Marie-Rose Bonte, Pascale Brochard, Elise Cazier, Fetta Chovelon, François Dufour, Sylvie Larose, Muriel Mendoza, Marie-Madeleine Tréguer, Morgane Walckiers