Certains disent qu’il s’agit là du sommet de la musique sacrée.
D’autres insistent sur le fait que l’opéra n’est pas absent de cette œuvre grandiose dans laquelle les voix sont reines.
D’autres enfin rapprochent cette fresque vocale de la neuvième symphonie de Beethoven, dans le sens où la musique devient universelle tant elle englobe tout par sa puissance et son lyrisme.
Peut-être que chacun a vu juste, tout compte fait. Les airs se succèdent en effet comme dans un opéra, mais le chœur est en revanche très présent. C’est bien lui qui donne un souffle grandiose à l’ensemble.

Car chez Verdi, surtout lorsqu’il écrit en 1874 cette poignante musique pour son défunt compagnon de route Alessandro Manzoni, c’est le chœur qui est au centre de toute l’attention.
Un chœur qui représente ce peuple qu’il a tant aimé, tant défendu face aux divisions des états, de l’église et des cours.
Nous accueillerons donc pour ce concert exceptionnel deux cents artistes sur le plateau de l’Espace Culturel !

En ouverture, un hommage à Pierre Boulez avec sa pièce composée en 1985 Mémoriale.

En savoir + :
Orchestre National d’Île-de-France
Orchestre de Paris

Distribution

GIUSEPPE VERDI Requiem

PIERRE BOULEZ Mémoriale

ENRIQUE MAZZOLA Direction

KARINE BABAJANYAN Soprano – SANJA RADISIC Mezzo-Soprano – ALEXEY TATARINTSEV Ténor – NIKOLAY DIDENKO Basse

CHŒUR DE L’ORCHESTRE DE PARIS ENSEMBLE VOCAL

LIONEL SOW Chef de chœur

Crédits

©Eric Laforgue