Le But de Roberto Carlos : le récit du périple d’un jeune garçon, propulsé par son rêve de devenir footballeur en Europe. Il fuit son pays. Le texte est écrit au rythme des images, dans le souffle du voyage, de ses accélérations, de ses ruptures, de ses allers-retours…
C’est l’odyssée moderne d’un émigré, racontant aussi bien les obstacles physiques franchis que les espaces mentaux dévoilés par la peur, l’espérance, la solitude, l’enthousiasme, l’abattement. Depuis le premier camion, c’est cette route de 11600km qui est racontée du dehors et du dedans, cette route passant par les déserts, les villes, débouchant dans des camps et des cellules, obligeant au travail clandestin et à la charité, côtoyant parfois le morts de faim, cette route monnayée toujours à coup de corruptions et de bakchichs. L’écriture voyage entre réel, poésie, imaginaire… À aucun moment elle n’est documentaire, ni ne prend pour argent comptant un réel trop vite considéré comme connu et repéré. Ni fable morale, ni critique politique aisée, elle convoque le spectateur-ciotyen face au défi humanitaire. Personnage-comédien, celui qui parle est là, avec nous. En même temps, il est secrètement au pied des barbelés, dans les herbes hautes, dans le tunnel, dans le camion. Sa voix se mêle à la musique Franck Vigroux, à la langue de Simonot, chargée d’une dimension poétique et organique, et fait que nous nous sentons inextricablement avec lui, solitaires-solidaires, et de manière incontournable convoqués dans notre humanité.

En savoir + : Compagnie du Samovar

Distribution

De MICHEL SIMONOT 

PIERRE LONGUENESSE Mise en scène

Avec CHRISTIAN LUCAS, PIERRE LONGUENESSE

GILLES NICOLAS Voix – JEAN-GABRIEL VALOT Création lumière – FRANCK VIGROUX Création musicale – VALÉRIE JUNG Conseil scénographie et costumes – COLINE YACOUB Vidéo-projection – JEAN-FRANÇOIS THOMELIN ou ADRIEN HOLLOCOU Régie son

Crédits

©Jobard